Qui a tué les netbooks ?

Publié le par ideesmobiles.over-blog.com

Slate (la version américaine) publie un article attribuant à Apple la déchéance des netbook qui sont passé en quelques mois de star de l’informatique grand public et avenir du marché à produit de seconde zone, dépassés par l’émergence des tablettes.

 

http://www.slate.com/articles/technology/technology/2013/01/what_happened_to_netbooks_apple_s_ipad_and_macbook_air_killed_the_400_former.html

 

L’analyse est intéressante et correspond effectivement à a une tendance très nette que j’ai observé en me promenant cette semaine au rayon informatique du magasin boulanger du coin. Ce qui était mis en avant n’était plus du tout les netbooks, ces ordinateurs low-cost qui étaient très à la mode depuis un ou deux ans mais les tablettes équipées de claviers. Et je me suis fait la réflexion que ces tablettes ressemblaient de plus en plus justement… aux netbooks.

 

Donc slate attribue ce déclin des netbooks au profit des tablettes au géni marketing d’Apple. Apple aurait refusé de créer des produits bas de gamme mais reconnu que ses ordinateurs haut de gamme n’étaient pas adaptés a la majorités des utilisateurs qui n’ont pas besoin de puissance de calcul pour les tâches très simples pour lesquelles ils utilisent un ordinateur. Apple aurait donc créé l’Ipad pour adresser ce marché et proposer un produit beaucoup plus attractif que les netbooks mais moins chers que les macBooks. Les netbook n’auraient pas supporté la comparaison et seraient en voie d’extinction…

 

Apple serait donc responsable du déclin des netbooks…

 

Sauf qu’à y regarder de plus près je ne suis pas convaincu et je pense même que les netbooks vont faire un retour d’une manière ou d’une autre car ils correspondent à un vrai besoin qui il est vrai est mal couvert par l’offre actuelle.

 

Prenons un exemple concret : ma famille et voyons ses besoins en équipement informatiques. Nous sommes trois : moi ingénieur de formation, travaillant (avant d’être en invalidité) dans l’informatique. Ma femme employée. Ma fille 6 ans. Nous utilisons tous les trois des ordinateurs mais avec des besoins différents, ayant évolué dans le temps

 

Travaillant dans l’informatique, j’ai toujours eu un ordinateur chez moi. D’abord un ordinateur de bureau (en 2000) puis un laptop bas de gamme dès qu’ils ont été abordables (2003, payé 1000 € à l’époque) et maintenant un laptop moyen de gamme (2008, payé 800 € à l’époque). J’ai également acheté une tablette sous android en juin 2011 à un moment où l’écran de mon ordi était en panne et parce que c’était plus pratique à emmener en vacances qu’un laptop 17 pouces.

 

Mon utilisation est diverse et a varié dans le temps.

  • Pas mal d’internet depuis toujours – web et mail.
  • Un peu de jeux vidéos au début mais quasiment plus du tout (de moins en moins d’intérêt puis plus le temps depuis la naissance de notre fille et depuis que je suis malade je suis incapable de jouer car cela demande trop de concentration).
  • Un peu de développement depuis toujours, surtout en 2008-2009 quand j’ai voulu développer un projet personnel qui est maintenant abandonné. Maintenant je ne suis plus en état de faire grand chose mais je veux pouvoir refaire du développement dès que possible.
  • Je joue au backgammon où j’analyse mes matchs avec un logiciel équipé d’une intelligence artificielle à base de réseau de neurones donc j’ai besoin d’un peu de puissance même si je n’ai pas besoin d’une bête de course (c’est juste que les analyses seront moins précise ou prendront plus de temps).
  • Je tiens à jour la comptabilité du ménage à l’aide d’un logiciel de compta (gnuCash) et d’une base de données sous access avec quelques développements spécifiques réalisés moi-même.
  • Il m’arrive de regarder des vidéos sur l’ordi mais ce n’est pas très fréquent.
  • Je gère toute ma musique sur l’ordi et j’écoute pas mal de podcasts qui sont synchronisés avec l’ordi.
  • Ecriture de courriers – j’ai toujours effectué toute ma correspondance avec un traitement de texte et j’ai beaucoup de mal à faire une lettre manuscrite.
  • Blog (surtout mon autre blog sur la maladie…).
  • Archivage de documents divers : films de camescope, photos, courriers et documents diverses.

 

Mon laptop acheté en 2008 correspond parfaitement à mes besoins, surtout depuis que je l’ai équipé d’un écran externe. Je n’envisage pas d’en changer mais si je devais le faire je chercherai un modèle équivalent donc un portable moyen de gamme avec peut-être seulement un écran plus petit (le 17 pouces est difficile à déplacer !) et bien sûr un processeur plus puissant correspondant aux standards de maintenant mais sans aller chercher une bête de course. Par contre j’ai du mal à le partager avec les autres membres de la famille, contrairement à la tablette que je partage volontiers avec ma femme. Dans l’analyse de slate, je corresponds clairement à l’utilisateur potentiel du macBook et effectivement Apple a montré la voie pour des ordinateurs plus léger et plus compacts – associés à des écrans externes. J’utilise également une tablette mais pour un usage différent : internet mobile (plus pratique qu’un smartphone ou un ordinateur) et lecture de la presse en ligne (plus confortable que devant un écran d’ordinateur) voire de livres numériques (mais la concurrence avec les eBook n’est pas forcément complètement à l’avantage des tablettes, pour cet usage tout dépend de la présence ou pas d’illustrations). Je corresponds donc parfaitement à l’analyse de slate.

 

Par contre, ma femme pas vraiment. Elle a commencé par utiliser les pc que je n’utilisais plus : mon vieux desktop dès que j’ai acheté un laptop. Quand on a déménagé fin 2008, je ne l’ai pas réinstallé – de toute façon avec un enfant en bas age ce n’était pas sa priorité et on a fini par s’en débarrasser. J’ai racheté à mon entreprise un vieux laptop réformé pour 30 € début 2010 pour son usage spécifique. C’est à ce moment qu’elle s’est réellement mise à utiliser un ordinateur régulièrement – avant c’était vraiment très épisodique. Cela a permis de voir réellement son utilisation qui est la suivante :

  • Surfer sur le web : recherche d’information, shopping en ligne, supermarché drive.
  • Mails
  • Gestion de photos (prises avec un appareil compact à carte flash non connecté à internet ou un réseau local) et développement de photos en ligne.
  • Gestion de musique pour son ipod (peu fréquent)

 

Le problème c’est que contrairement à moi et à la majorité des utilisateurs de laptops, elle n’utilise pas son ordinateur sur un bureau ou une table et qu’elle le déplace souvent. Du coup le vieux laptop 15 pouces n’a pas tenu le choc très longtemps d’autant qu’elle le transporte avec peu d’égards et qu’il est un peu lourd. Par contre, je ne l’ai pas vu utiliser beaucoup ma tablette que je n’utilise pourtant pas beaucoup en dehors des vacances et qui est donc à sa libre disposition depuis plus d’un an.

 

Les netbooks correspondent donc sur le papier exactement à son besoin :

  • Elle n’a aucunement besoin d’un appareil puissant – pas besoin d’une bête de course pour surfer, écrire des mails et gérer des fichiers.
  • Elle a besoin d’un appareil léger, peu encombrant, facilement transportable (et solide !).
  • Elle ne réalise aucune sorte de travail n’a besoin d’aucun logiciel spécifique – juste un navigateur, un gestionnaire de fichier, un outil de gestion de musique et des outils de visualisation de fichier (image, pdf, document word…).

 

Je lui ai dont offert un netbook en juillet dernier… et le résultat est mitigé comme indiqué dans l’article de slate :

  • La résolution de l’écran en 1024 x 600 n’est pas très confortable pour le surf et la lecture en ligne. Clairement les sites ne sont pas optimisés pour ce format d’affichage.
  • Le système (windows 7 starter) est d’une lenteur incroyable et comporte des limitations étonnantes (pas de possibilité de changer le fond d’écran en standard, il faut télécharger un utilitaire !).
  • Il manque peut-être un lecteur de dvd (mais une solution à bas coût est de s’équiper d’un lecteur externe).

 

Par contre l’argument de slate qui indique que les tablettes sont la solution pour répondre à son besoin ne me convainc pas pour les raisons suivantes :

  • Ma femme n’utilise jamais ma tablette chez nous, c’est à dire quand elle a accès à un ordinateur, donc clairement pour surfer et pour lire ses mails (son utilisation principale) elle préfère un vrai ordinateur.
  • L’utilisation du clavier virtuel est vraiment peu pratique en particulier pour les mails (et pour une utilisation intensive des réseaux sociaux). Pour les claviers rapportés à des tablettes, cela semble plus une solution adaptée à une utilisation sur une table ou un bureau ce qui ne correspond pas au besoin de ma femme ou alors on se retrouve avec quelque chose qui ressemble de très près à un netbook (l’écran tactile en plus).
  • Le stockage et la gestion de photos et de musique n’est pas top sur une tablette à la capacité de stockage limité. Certes, on peut utiliser un stockage dans le cloud mais ma femme est extrêmement réticente à ce sujet (voire complètement opposée). Ce sont des données personnelles et elle ne souhaite clairement pas qu’elles soient stockées sur des serveurs dont elle ne maîtrise pas l’usage.
  • Les traces de doigts sur une tablette ne sont pas très agréables.

 

L’autre argument de slate est que les ultrabooks (dans lesquels je classerais les macbook) seraient alors la solution… Sauf qu’ils sont clairement surdimensionnés pour son besoin et donc un peu cher pour une machine principalement destinée à surfer sur le net. Pourquoi payer entre 600 et 1000 euros quand une machine à moins de 300 euros pourrait faire l’affaire ?

 

Bref elle a réellement besoin d’un netbook, le fait que les netbooks actuels ne soient pas d’une qualité suffisante n’est pas une raison pour condamner le concept et Apple n’est en rien responsable du fait que ces machines ne sont pas satisfaisantes…

 

Par contre à mon avis l’article de slate comporte des éléments de réponses sur l’échec actuel (et potentiellement temporaire) des netbooks, en particulier trois points soulignés dans l’article :

  • La lenteur du système.
  • La compression des prix et l’impact du prix de la licence windows sur les marges des constructeurs.
  • Le problème de résolution de l’écran.

 

Ces trois problèmes sont liés. Le problème de résolution de l’écran est simple et est lié à la pression sur les marges. Avec une pression sur les prix moindre, on pourrait avoir des écrans d’une meilleure qualité, d’ailleurs on trouve des netbooks à 350 euros avec un écran 11 pouces et une résolution 1366 x 768 qui doit largement corriger le problème.

 

Reste donc le problème de la lenteur du système et de l’impact du prix de la licence windows sur les marges de constructeurs. Ldlc propose maintenant en entrée de gamme deux netbooks asus, l’un sous ubuntu, l’autre sous windows 7 starters avec une différence de prix de 40 € qui doit donc correspondre au prix de la licence windows. On voit donc bien l’impact de ce prix : un sixième du prix total de la machine va dans la licence windows ! Si encore pour ce prix on avait un système stable et performant on pourrait dire que c’est justifié mais ce n’est clairement pas le cas. Par ailleurs ldlc est l’un des très rare revendeur à proposer des netbooks sous linux. Sur fnac.com on en trouve qu’un seul modèle de netbook, vendu par un vendeur externe et pour le même prix qu’un netbook sous windows. Sur amazon pareillement on ne trouve qu’un nombre très limité de machines sous linux et là encore proposés principalement par des vendeurs externes. En clair, si les tout premiers netBooks sont sortis sous linux, microsoft s’est débrouillé pour imposer windows XP puis windows 7 starter et enfin windows 8 à tous les constructeurs alors que clairement ce ne sont pas des systèmes adaptés à ces machines peu puissantes. A mon avis la raison principale pour laquelle Microsoft a réussi ce tour de force n’est absolument pas liée à la demande des consommateurs. Ma femme n’a aucune connaissance en informatique et utiliserait indifféremment une machine sous windows, linux ou macOs (ou androïd) pourvu que l’interface soit conviviale et qu’elle n’ait pas à mettre les mains dans le cambouis. C’est le cas des versions récentes de tous ces systèmes et l’émergence d’androïd et iOs dans les smartphones et les tablettes à comparer à l’échec des versions de windows dédiés à ces matériels montre bien que les consommateurs ne sont pas du tout des fans inconditionnels des produits microsoft. Si microsoft a réussi à s’imposer sur les netbooks c’est principalement parce que les constructeurs ont très rapidement abandonné linux dans leur offre standard (les offres actuelles sous linux sont le fait de revendeur marginaux qui doivent je suppose réaliser l’installation de linux eux-mêmes). A mon avis s’ils ont abandonné linux ce n’est clairement pas pour des raisons de coût (on a vu 1/6 du prix pour la licence windows alors que linux est gratuit !). Ce n’est pas pour des raisons de performances non plus puisque windows est clairement trop lourd pour ces machines tandis linux étant open-source pourrait être customisé pour ce type de machine si ses versions actuelles sont trop lourdes (je n’ai pas testé de netbook sous linux mais l’article de slate a l’air de dire qu’il y a également des problèmes de performance). A mon avis si les constructeurs ont abandonné linux c’est surtout parce que l’essentiel de leurs marges se font sur d’autres machines plus haut de gamme où windows règne en maître et donc il y a dû avoir des négociations commerciales assez sérés où microsoft a joué de son poids sur les machines moyen/haut de gamme pour empêcher l’émergence de linux sur les machines bas de gamme. Comme aucun nouveau constructeur n’est apparu sur le créneau spécifique du bas de gamme, marché où il faut de gros volumes et donc une puissance commerciale importante pour être rentable, microsoft a réussi à s’imposer.

 

A partir de là comment vont évoluer les choses ? A mon avis le problème reste entier et le besoin d’une machine simple, peu chère destinée au grand public pour une utilisation principalement web, mail, réseau sociaux et gestion de fichiers (plus éventuellement quelques programmes basiques – traitement de texte, tableur…) demeure et n’est correctement adressé ni pas les netbooks sous windows ni par les tablettes sous android/ iOs. On peut remarquer que pour bon nombre de clients il s’agira comme pour nous d’un deuxième ou troisième appareil…

 

Si microsoft a une avantage très net dans l’informatique de bureau du fait de l’effet de réseau (les direction des système d’information sont réticentes à gérer plusieurs type d’OS pour les postes clients) et est difficile à concurrencer pour le marché des gamers du fait de directX, il n’y a aucune raison qu’il s’impose dans l’informatique grand-public basique où l’effet de réseau ne joue pas (peu de personnes partagent des fichiers sur un réseau local familial et des solutions à base de cloud peuvent adresser ce besoin en cas de système hétérogènes) et où la nature de l’utilisation n’impose pas des solutions microsoft comme dans le cas des gamers avec directX. La compatibilité des périphériques qui a longtemps été un réel problème pour linux est également en train de disparaître du fait de l’émergence du wifi comme standard de communication pour toutes les machines et tous les périphériques.

 

L’émergence d’un netbook avec une version de linux adaptée spécifiquement semble peu probable, elle aurait déjà eu lieu même si elle n’est pas exclue. Il faudrait pour cela qu’un constructeur actuel ayant une puissance de feu commerciale suffisante s’engage à fond dessus et rompe avec microsoft – c’est à dire qu’il décide de se désengager du marché moyen / haut de gamme pour se concentrer sur l’entrée de gamme à la manière de Renault avec la marque Dacia. C’est peu probable mais on ne sait jamais, un constructeur en difficulté pourrait tenter ce coup de poker. Une autre solution serait qu’une marque connu dans un autre domaine de l’électronique grand public (fabriquant de smartphone par exemple) tente d’entrer sur le marché des ordinateurs sans passer par la case microsoft. On voit que Samsung par exemple est en train d’entrer sur le marché des ordinateurs mais pour l’instant il a fait le choix de microsoft.

 

Chrome OS pourrait effectivement occuper cette niche… s’il arrive à émerger et à être utilisable hors ligne.

 

Une autre possibilité à mon avis plus probable serait la convergence de certains modèles de tablettes vers quelque chose qui ressemblera très fortement à un netbook, c’est à dire un appareil compact avec un clavier et un disque dur de grande capacité mais moins puissant qu’un ordinateur classique et avec une plus grande autonomie. La principale différence avec les netbooks actuels sera donc lié au système qui sera probablement androïd au lieu de windows… ou l’émergence de netbooks sous androïd directement.

 

Donc pour moi, il n’est pas du tout sûr que les netbooks soient effectivement morts et en tout cas si c’est réellement le cas, le responsable n’est clairement pas Apple mais beaucoup plus sûrement Microsoft qui a été incapable de produire une version de windows adapté à ce besoin et à tué dans l’œuf l’émergence d’une éventuelle version de linux dédiée à ce marché.

 

PS. Non je ne suis pas un de ces geek inconditionnel de linux. Mon pc est sous windows (vista :-( ) et j’ai toujours travaillé sur un pc windows au boulot même quand j’avais le choix (par facilité – le pc windows était tout installé alors que pour l’installation linux il aurait fallu que je me débrouille tout seul), j’ai travaillé sur des serveurs linux et j’ai essayé à plusieurs reprise d’installer linux sur mon pc perso pour tester l’alternative quand la corruption chronique de windows m’a contraint à des réinstallations système complète et suis toujours revenu à windows. Je suis juste un peu désespéré que depuis presque 30 ans que Microsoft a lancé windows, leurs systèmes soient toujours aussi peu performants, instables et peu sécurisés et qu’on nous promette toujours que c’est la prochaine version qui corrigera ces problèmes récurrents.

Publié dans Informatique

Commenter cet article